Richard Gasquet
photo credit: mirsasha

Préparer et enregistrer un album de musique prend du temps et de l’énergie.

Passée la période créative et pleine d’excitation pendant laquelle les chansons naissent, vient le moment ingrat où il faut les retravailler.

Retravailler c’est regarder son oeuvre avec du recul, changer ce qui ne fonctionne pas, éliminer ce qui n’est pas indispensable.

Parfois, il faut enlever une parole ou un passage qui nous tient à coeur car il affaiblit l’ensemble.

Cette étape est pénible et nombre de compositeurs la redoute autant qu’une visite chez les beau-parents.

Dans ce cas, tous les prétextes sont bons pour procrastiner. Aujourd’hui il y avait les quarts de finale à Wimbledon.

C’est fou comme le tennis devient passionnant dés lors qu’on a un truc chiant et important à faire. Ceux qui ont révisé leur Bac devant Roland Garros savent de quoi je parle.

Bref, j’ai commencé à regarder le match de Richard Gasquet contre Stan Wawrinka.

Contre toute attente, le français a gagné le premier set. Puis patratra, sur un coup droit facile dans le filet et une double-faute il perd la deuxième manche.

Il y a des signes qui ne trompent pas. Il allait de nouveau se faire bouffer, gagné par la pression et la peur de gagner.

On parle quand même d’un gars qui perdu 15 fois en 17 huitième de finale de grand Chelem.

J’ai fini par me demander pourquoi j’allais gâcher un après-midi de travail constructif pour voir un jouer français se prendre une raclée.

A ce moment là, je me suis dit : « ok chacun sa merde ». Richard est un grand garçon et il doit affronter son destin tout seul. C’est pas derrière mon portable avec un streaming tout pourri en Russe que j’allais pouvoir l’aider ou l’encourager.

Et mon album, c’est pas Richard qui va m’aider à le finir.

Dans un éclair de lucidité, je me rappelle qu’à force de regarder les autres bosser dur pour réaliser leur rêves, je finissais par enterrer les miens.

J’ai donc éteint le portable et je me suis mis au boulot. A la fin de la journée, j’avais terminé l’arrangement d’un des titres et j’étais content de moi.

Vers minuit, je me connecte sur lequipe.fr. Richard Gasquet est en demi-finale de Wimbledon.

Bien joué Richard.

Article rédigé par Hong

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.