Nouvelle rencontre avec moi-même au travers du jeûne

Nouvelle rencontre avec moi-même au travers du jeûne
photo credit: Izabela Wasilewska

Suite à la naissance de son deuxième enfant et afin de se sentir en paix avec son corps et son alimentation, Fleur décide de tenter l’aventure du jeûne pour la première fois.

Découvrez son témoignage.

Alors que la sexualité, telle qu’elle est explorée sur le blog « Oser la sexualité », nous invite à apprivoiser la lenteur pour mieux ressentir et savourer ce qui est là ici et maintenant, le jeûne vient ici apporter un moyen puissant permettant d’aller dans ce sens.

La décision de jeûner

Jeûner m’a longtemps semblé comme quelque chose à vivre, et pour lequel je ne me sentais pas prête. Comme si me priver de nourriture pendant un temps donné était une épreuve énorme et inaccessible sans une force mentale infaillible.

Finalement suite à la naissance de mon second enfant et après plusieurs mois de difficultés à me sentir en paix avec mon corps et mon alimentation, le moment s’est présenté de tenter l’aventure.

Le choix du programme de jeûne

Afin de bénéficier d’un programme balisé par des nutritionnistes, j’ai choisi de suivre le programme « ma semaine Wellness » de la marque Biotta, composé de 6L de jus de fruits et légumes bio pressés avec ménagement, à répartir sur une semaine avec une tisane et de l’eau en abondance.

La vue de ce carton de bouteilles a eu sur moi des effets contradictoires : l’excitation de tenter une nouvelle aventure, et la crainte de ne pas être capable de tenir le coup avec si peu !

C’est finalement sans une motivation immense, mais avec l’envie de sauter dans le vide pour tenter l’aventure que je me suis lancée.

L’objectif du jeûne

En trame de fond de ce projet, il était important pour moi d’avoir un objectif, un cap vers lequel tendre pour y nourrir ma motivation. Ainsi j’ai posé la volonté d’aller plus profondément dans le lâcher-prise, l’accueil inconditionnel des aléas de la vie, pour vivre plus souplement et de façon plus fluide au travers des circonstances sans m’accrocher au cadre rassurant mais limitant des structures.

Une fois cela posé, il ne restait plus qu’à commencer…

La semaine de jeûne

La 1ère journée de la cure invite à une descente alimentaire, pour habituer le corps à se restreindre progressivement, cette simple journée m’a donné la sensation de dégonfler, et de commencer à me sentir plus légère.

Les 2ème et 3ème jours lors desquels je n’ai ingéré que des liquides ont été plutôt faciles, la faim n’était pas tellement présente, j’ai pu vaquer à mes occupations à régime un peu ralenti, l’excitation de vivre cette nouvelle expérience était moteur et m’encourageait à vivre la chose pleinement.

Très vite je me suis sentie libérée du poids de l’alimentation dans mon quotidien, sans repas les journées deviennent des espaces vastes et libres, disponibles à tellement d’autres choses !

Prendre du recul sur ma relation à la nourriture m’a permis de mesurer la pression que je pose sur mon organisme quand je mange pour assouvir des envies qui ne sont pas de la faim. J’ai pu aussi mesurer pleinement combien le corps est nourrit et régénéré par des jus de bonne qualité.

Plusieurs études scientifiques ont pu démontrer combien l’alimentation définit si un gène deviendra sain ou malade, montrant que notre tube digestif n’est pas un simple tuyau mais bien une entité absorbant des éléments et s’en trouvant transformé…

Le fait que le corps soit pleinement influencé par ce que nous lui donnons à manger est devenu une expérience vécue, ressentie dans chaque pore de ma peau. Je me sens saine des pieds à la tête.

Le 3ème jour a été difficile avec une sensation de faim omniprésente, une grosse baisse d’énergie et l’impression que la semaine ne finirait jamais… Je me suis sentie un gros besoin d’aller lentement et j’ai pu pleinement savourer de prendre des temps calmes. Au creux de cet espace de paix intérieure, forcée par la lenteur de mon corps, je découvrais beaucoup de subtilité dans mes sens.

L’expérience se prolongeait les 4ème et 5ème jour, la faim n’était plus vraiment là, l’énergie en plein, j’avais cette sensation que mon corps vide était frais et disponible et qu’il ressentait tout très fort. Les odeurs, les sons, les contacts, le goût et même les images étaient alors perçues de façon très conscientes.

Découvertes au travers du jeûne

Tout en étant la même, en faisant la même chose que d’habitude, je découvrais une conscience, une profondeur et une clarté en moi. Un état qui ne nécessite pas une heure de méditation ou un quelconque autre moyen de me centrer, qui est là simplement et de façon évidente.

Alors que mes recherches en lien avec la sexualité m’amènent à explorer la force des sens pour nous ramener au présent, je trouve par l’expérience de cette semaine de jeûne un moyen fort de me reconnecter avec le centre de moi-même et de remettre de la conscience dans ce que je ressens.

Le fait de sentir et de goûter plus intensément sont une invitation à prendre plus de temps pour savourer les aliments par exemple. Plus largement, cette pleine conscience venant naturellement s’insérer dans tous les aspects du quotidien par l’expérience du jeûne, cela impulse chez moi l’envie de laisser perdurer cet état bien au-delà de la semaine dédiée à l’expérience.

Une autre grande découverte des effets du jeûne aura été cette capacité qui s’installe à accueillir la lenteur complètement, sans avoir le souhait qu’il en soit différemment. Le corps n’a pas la même énergie, il semble plus vulnérable, il appelle à plus de repos, à s’habiller plus chaudement.

Ainsi en allant avec ce rythme du corps, l’esprit a le choix de continuer sur ses schémas habituels ou de se plier à cette nouvelle énergie. Et là s’est installé pour moi un vrai lâcher-prise, avec la nette impression de lâcher des tensions intérieures, de me libérer et de me nettoyer. Mon cap est donc atteint : je trouve des chemins de souplesse et de fluidité pour faire face aux situations changeantes et vivantes du quotidien.

« Il ne faut pas demander que les choses soient comme tu le veux, mais il faut les vouloir comme elles arrivent ; ainsi ta vie sera heureuse. » Epictète

Article rédigé par Fleur du blog Oser la sexualité

5 Commentaires

  1. L’efficacité du jeune réside dans le fait qu’il puisse modifier profondément le métabolisme, l’expression génétique ou l’humeur. Comme le dit bien le Dr Francoise Wilhemi la plupart des personnes l’ayant essayé prennent l’habitude de jeûner régulièrement, après avoir “réactivé” cette capacité physiologique”, ce qui leur permet de régénérer le microbiote intestinal et qui va non seulement purifier l’organisme mais également reconstituer le système immunitaire.

  2. J’ai fait une fois un jeûne à l’eau. Je n’étais clairement pas prête pour ça, et j’ai boulotté une tablette de chocolat le troisième jour – pas une immense réussite.
    Cependant, j’ai pas mal pris en maturité depuis, et je me réfugie bien moins dans la nourriture quand je ne suis pas au top moralement. Je pense qu’il est temps de me lancer dans un jeûne à mon tour, et je ferai probablement un jeûne (à l’eau, pas moyen d’acheter des jus etc. ici à Shanghai !) d’une semaine, du 3 au 10 juillet (ma seule période sans partiels ce mois-ci, c’est plus pratique) !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.