Volcan Llaima Patagonie Argentine
photo credit : _CaTa_

Argentine et Chili : l’ascension des volcans en Patagonie…

Vous en aviez rêvé ? Il l’a fait !

Julien nous raconte son périple de dix jours au cœur de la Patagonie argentine et chilienne.

Au programme, l’ascension des volcans de la région. Un défi sportif dans un paysage idyllique entre forêts d’araucarias, lacs miroitants et sommets enneigés.

Argentine : ascension du volcan Copahue

C’est bien loin du tumulte de Buenos Aires, dans les Andes de Patagonie, que mon périple commence. Je me trouve dans la région de Caviahue et de Copahue, zone connue pour être l’un des centres thermaux les plus importants d’Argentine. Notre guide vient nous chercher en 4×4 et nous dépose à la hauteur du lac Mellizas.

Laguna Mellizas Patagonie Argentine
photo credit: Mapucla

 

C’est parti pour une balade de 8,7 km entre les vallées verdoyantes de la Patagonie andine. Nous débutons l’ascension par le flanc nord-est du volcan Copahue.

Les paysages traversés sont dignes des plus beaux décors de cartes postales. Au sud-est, le lac Agrio encercle les vallées environnantes. Nous profitons d’une pause bien méritée pour admirer le volcan Villarrica, de l’autre côté de la frontière argentine, au Chili.

Arrivé au bord du cratère du volcan, recouvert en partie par une calotte de glace, un spectacle extraordinaire nous attend : des volutes de fumées s’échappent de la cavité de près de 300 m de profondeur. Au fond de celle-ci, un lac à la couleur laiteuse dégage une forte odeur de souffre.

Volcan Copahue Patagonie Argentine
Photo credit : Argentina Excepcion

Argentine : ascension du volcan Lanín

Toujours en territoire argentin, me voici prêt à affronter les pentes raides du volcan Lanín. Le guide nous avertit que l’expédition s’effectue en deux jours et est marquée par le passage de la frontière chilienne.

Lever à l’aube, nous partons en direction du Paso Mahuil Malal situé au pied du volcan. Mais avant d’entamer notre montée, passage obligé à la maison de la Gendarmerie au niveau du Paso Tromen.

Après avoir rempli quelques papiers, l’aventure peut débuter ! Nous traversons une splendide forêt de lengas, et les pentes se font plus raides. J’ai l’impression de marcher dans les pas de Frodon Sacquet.

Heureusement, je bénéficie du soutien de la communauté de randonneurs qui partagent avec moi cette traversée fantastique. Nous franchissons l’Arroyo Turbio pour arriver à La Espanina de Pescado. La pente est rude ! Après cinq heures de marche, nous arrivons à notre refuge posé à 2 280 m d’altitude où nous passons la nuit.

Le réveil sonne, une deuxième journée de marche m’attend. Je me prépare psychologiquement à 4h de marche les pieds dans la neige. Crampons chaussés et piolet en main, nous alternons les franges de glaces et de neige et franchissons la frontière chilienne.

Mon cœur bat la chamade, plus que quelques heures avant d’atteindre le sommet ! Les derniers raidillons sont plus stables et rendent notre avancée plus aisée.

Volcan Lanin Patagonie Argentine
photo credit: @pfsuarez

Arrivés au cratère, le paysage qui se dévoile sous nos yeux me coupe le souffle. En contrebas, les lacs Tromen, Paimun et Huechulafquen scintillent sous l’effet des rayons du soleil.

Tels des cônes majestueux, les volcans Villarica, Osorno et Quetrupillan trônent fièrement dans le ciel brumeux ainsi que le Domuyo, surnommé le toit de Patagonie, à 4 707 m d’altitude. La tête encore dans les nuages, nous prenons le chemin du retour et nous nous dirigeons vers Pucón, au Chili.

Ascension du volcan Villarrica

Après deux ascensions, je me sens déjà rodé pour celle du volcan Villarica. Notre guide vient nous chercher en voiture et nous emmène en direction du Parc national Villarrica.

Nous empruntons le télésiège nº5 Colico qui nous emmène jusqu’à 1 860 m d’altitude, sur une crête rocheuse appelée Piedra Negra. Remonté à bloc, je suis prêt à affronter celui dont le nom signifie en mapuche « la maison du démon ». Même pas peur !

Volcan Villarrica Patagonie Argentine
photo credit : Gerben van Heijningen

Après une bonne heure de marche, à près de 2 000 m d’altitude, nous apercevons les vestiges d’un remonte-pente, détruit par l’irruption du diable en colère en 1971.

Je mesure dorénavant la puissance du cracheur de magma. Même pas peur ? Nous arrivons à la Pingüinera où une myriade de pics enneigés s’étend à perte de vue. Une pause photos s’impose ! Nous avançons péniblement dans la neige mais le moral est là.

Je garde en mémoire les précieux conseils de Guillermo, notre guide : « Le trekking, c’est avant tout une question de mental ! ». Nous arrivons à la Piedra Blanca, ultime crête avant l’ascension du Villarica.

La fatigue me guette mais je reste confiant, après tout, nous avons parcouru plus de la moitié du chemin. Après six heures de marche et près de 5 km dans les crampons, la communauté des randonneurs et moi-même atteignons le sommet du volcan Villarica. Yes, we did it !

Trekking Volcan Villarrica Patagonie Argentine
photo credit : Chile Excepcion

Le panorama est spectaculaire, nous avons la tête dans les nuages. D’épaisses fumerolles aux odeurs de souffres s’élèvent dans le ciel. Le guide nous demande de faire silence. Surprise !

Nous entendons le bouillonnement sourd du  magma en activité. Je réalise alors que là, sous mes pieds, se cache une gigantesque marmite de lave prête à exploser à chaque instant… Après l’effort, le réconfort, la descente du volcan se fait en luge ! J’ai à nouveau 10 ans !

Ascension du volcan Llaima

Volcan Llaima Patagonie Argentine
photo credit : _CaTa_

Après quelques jours de détente dans le village pittoresque de Villarica, il est temps d’attaquer mon dernier trek. Le départ s’effectue depuis la station de ski, Las Araucarias.

Notre guide nous indique la marche à suivre, direction le nord-est car la route normale de l’ascension s’effectue par la face nord-ouest. Après 1h de marche, la difficulté se corse, nous empruntons une pente raide qui nous emmène de 1 900 à 2 200 m d’altitude.

J’aperçois déjà les cônes des volcans Tolhuaca, Antuco ainsi que Lonquimay (près de 2 985 m) au pied du Parc national Laguna del Laja. La dernière étape est harassante, nous grimpons une pente raide sur près 2 km.

Nous continuons l’ascension et oublions notre douleur physique en pensant aux somptueux paysages qui nous attendent. C’est les pieds plein d’ampoules mais le sourire aux lèvres que nous arrivons au sommet.

Le panorama spectaculaire sur la Laguna Captrén, le lac Conguillo et la piste Los Carpinteros sont notre plus belle récompense. Sous nos yeux stupéfaits, les paysages de la Patagonie andine se dévoilent entre forêts millénaires et lagunes étincelantes.

En tournant la tête, j’aperçois le volcan Villarica vaincu l’avant-veille. Une même expression se dessine sur le visage de la communauté des randonneurs : celle de la victoire face à une nature sauvage et impitoyable ainsi que la satisfaction d’être arrivé jusqu’au bout, tous ensemble.

Le défi de l’ascension des volcans de la Patagonie est relevé ! Et en prime, j’ai rencontré de nouveaux compagnons randonneurs avec lesquels je pourrais en relever de nombreux autres. Trêve de blabla, il faut maintenant descendre !

Pour savoir plus sur le trekking au Chili, retrouvez un guide sur le site de l’agence de voyage Chile Excepción.

Article rédigé par Julien et Caroline de Chile Excepcion

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.