Qui ne connait pas Stephen King ? Carrie, Shining, Misery, La ligne verte, Christine, Running Man, Les tommyknockers…Plus de 60 romans fantastiques au compteur, dont une vingtaine portés à l’écran.

350 millions de livres vendus dans le monde entier. Ce qu’on sait moins, c’est que Monsieur King a aussi publié un ouvrage semi-autobiographique qui parle de l’écriture et du métier d’écrivain.

Conseils de Stephen King sur l’écriture

Ce livre « Ecriture, mémoires d’un métier » est lui aussi devenu un classique. Je suis tombé dessus car en tant que blogueur, je cherche tout ce qui peut améliorer mon écriture.

Mais les conseils de Stephen King s’appliquent surtout aux écrivains en herbe. Ceux qui veulent écrire un livre et le publier. Ceux qui rêvent de vivre de leur plume.

1) Persévérer pour devenir écrivain

Stephen est d’origine modeste. Lorsqu’il avait 2 ans, son père quitta le foyer familial. Il grandit ainsi, élevé par sa mère. Dès son plus jeune âge, Stephen King se passionne pour l’écriture.

Son domaine de prédilection a toujours été le fantastique et l’horreur. Il se maria jeune et eut rapidement un enfant. À ses débuts, le couple vivait dans une caravane qui lui servait aussi de bureau pour écrire.

Stephen King cumulait alors deux travails. Lorsqu’il rentre du travail le soir, fatigué, il n’a qu’une seule envie. Se laisser aller. Mais il ne cède pas à la facilité et continue à écrire.

En 1974, il signe son premier gros contrat avec le roman « Carrie » pour un montant de 200 000 $. À titre de comparaison, son salaire annuel était de 6 400 $. Il décide alors d’arrêter de travailler pour se consacrer totalement à l’écriture.

J’ai tiré trois leçons de ces chapitres sur ses débuts d’écrivain :

  • Toujours perséverer
  • Il est plus facile de réussir si on est passionné
  • Il ne faut pas se chercher d’excuses

2) La seule chose qui compte : beaucoup lire et écrire

Si vous souhaitez devenir écrivain, il n’y a qu’un moyen selon l’auteur, c’est de beaucoup lire et beaucoup écrire.

Ne faites pas d’effort conscient pour agrandir votre vocabulaire. Écrivez avec les mots que vous connaissez. Votre vocabulaire s’agrandira automatiquement en lisant beaucoup et en écrivant régulièrement.

Il vaut mieux apprendre à manier son propre vocabulaire que d’utiliser des mots que l’on ne maitrise pas.

J’ai toujours pensé qu’il fallait avoir un vocabulaire riche pour pouvoir devenir écrivain, et que cela m’éliminait d’office de cette voie. J’ai trouvé cela très encourageant pour ceux qui, comme moi, pensaient que c’était un obstacle insurmontable à l’écriture d’un livre.

J’ai également été surpris par la « philosophie » d’écriture de l’auteur. Il n’utilise pas de plan ou de scénario figé. Il trouve une idée d’histoire, crée les personnages, et débute l’écriture. Il « laisse vivre » ses personnages.

Ainsi, il ne sait pas dans une situation donnée, comment se comporteront certains personnages. Cela peut l’amener dans une direction ou une autre. Il laisse, en quelque sorte, le libre arbitre à ses personnages.

L’avantage est que si l’auteur ignore lui-même comment réagiront ses personnages dans une situation donnée, alors le suspense restera entier pour le lecteur.

3) Parlez de ce que vous connaissez et de ce qui vous passionne

Pour trouver une idée, il suffit de piocher dans votre propre vie ou autour de vous (journaux, news,…). Nous avons tous un vécu et des connaissances qui nous permettent d’écrire une histoire avec notre personnalité et notre vision des choses.

C’est sur ces sujets que nous devons écrire, car ce sont des thèmes qui nous sont familiers. Ceux qui nous parlent le plus.

De plus, écrire sur un sujet que vous connaissez bien ou qui vous tient vraiment à coeur vous paraitra plus facile. Cela ne doit pas vous dispenser de faire des recherches historiques ou géographiques. Ces recherches sont indispensables pour apporter des détails et donner plus de cohérence à votre histoire.

4) Ne pas faire lire un travail en cours d’écriture

Lors de l’écriture, restez concentré sur votre histoire. Écrivez jusqu’au bout avant de faire lire votre œuvre. En faisant lire votre travail en cours de route, vous courrez le risque d’abandonner à cause des critiques négatives.

Vous risquez aussi de perdre votre concentration et de vous laisser aller en vous satisfaisant des critiques positives.

Lors de la relecture :

  • Enlevez tout mot inutile. Stephen King applique la formule : 2nde version = 1ère version – 10%.
  • Trouvez un « lecteur idéal ». Quelqu’un en qui vous avez confiance, de bon conseil et qui apprécie le genre que vous écrivez

Pourquoi pas vous ?

Avant la lecture de ce livre, je pensais qu’il fallait du vocabulaire pour écrire et que le gap était trop important pour se lancer dans l’écriture. Maintenant, je me dis « et pourquoi pas ? ».

Il faut « beaucoup lire, beaucoup écrire », avoir une idée d’histoire et se lancer. C’est donc un message très positif que j’ai ressenti à la lecture de ce livre.

Si vous avez toujours eu l’envie d’écrire mais peur de vous lancer, je vous conseille ce livre. Je suis certain qu’il vous motivera à vous lancer.

Certes, la route est longue, mais comme l’a montré Stephen King dans sa vie : il ne faut jamais baisser les bras.

Si vous êtes intéressé par ce livre, voici le lien vers le site d’Amazon.

Vous avez lu ce livre et souhaitez nous en parler ? Vous souhaitez réagir à cet article ? N’hésitez pas à écrire un commentaire ci-dessous.

Vous pourriez également être intéressé par nos articles de la section Apprendre.

Banniere Gymglish BTQ

5 Commentaires

  1. Beaucoup écrivent pour vider leur esprit, d’autres pour laisser une trace, mais quelles que soient les raisons de cette écriture, il ne faut jamais renoncer et croire en soi. Alors quand on a une passion, un rêve, il faut s’en donner les moyens. C’est ce que nous prouve cet article. Merci au journaliste mais également à Stephen king qui inspire beaucoup de futurs écrivains.

    • Bonjour Cécilia et merci pour votre commentaire.
      Vous avez tout à fait retenu l’essentiel de l’article : ne jamais renoncer et se donner les moyens de réussir.
      Bonne journée.
      Sandrino

  2. J’ai beaucoup apprécié ce livre de Stephen King. J’ai du mal à écrire de la fiction mais ses conseils donnent envie de retenter l’expérience. Sa méthode se démarque de ce qu’on peut lire habituellement. Se laisser porter, ne pas essayer de contrôler ce qu’on écrit, écrire SIMPLE et en même temps faire preuve de régularité, c’est à notre portée quand on aime écrire à la base.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here